Ni bien Ni mal, dans l absolu vérité du bonheur…

2 janvier 2011

Mon jour de l’an

Publié par galine4 dans rêves lucides

Mon jour de l’an

Cette année je ne suis pas sortie, mais qu’est ce que j’en ai fait des choses cette soirée de réveillon.

j’ai commencé par manger une barbe a papa a la fraise, ça fondait et pétillais dans la bouche, ensuite au coca, j’étais dans une fête foraine, et je me suis approché de mon manège préféré, celui à vagues, une fois fini ma barbe a papa, je suis monté dedans, à en avoir le tournis, j’ai même levé les mains, dans le manège , même pas peur, non en fait j’ai levé qu’une main l’autre était bien accroché, parce que ça fait comme une centrifugeuse.

Ensuite je me suis changé en petit short avec débardeur, un sac avec une serviette au bras, direction la plage, je marchais sur un chemin parquet, de nuit, avec les réverbères qui éclairaient la plage, comme la longue promenade à Deauville, il y a un accès un petit escalier, je le descend , j’enlève mes Tongue, et je sens le sable me caresser les pieds et s’effondrer sous mes pas, je me dirige, vers un bar, à même la plage, avec une petite terrasse, une fois arrivé au bar je bois une pina colada, cocktail à la base de lait et d’ananas pendant que je sirote, une de mes guide, m’a rejoint elle est magnifiquement belle, comme moi des corps parfait, on décide, d’aller faire un bain de minuit, je me met en maillot j’installe la serviette, et je plonge directe, dans l’eau de la tête au pied, j’éclabousse un peu ma guide, qui me répond par une grosse vague lol, ensuite je fais la planche, en regardant le ciel étoilé, c’est magnifique, puis je fais des pirouette dans l’eau j’aime bien ca.

Je sors de l’eau toute trempé, je vais mettre un t-shirt, et me pose en lotus sur ma serviette, tout en regardant ma guide se transformé en sirène, magnifique sirène, aux belles écailles bleu ciel, elle me dit au revoir de la main je lui réponds, vient le moment de fumer une petite cigarette, j’adore ca après la douche ou un bain ou sur la plage, je suis zen et tranquille.

Après je me suis téléporté sur une autre plage en Bretagne, je regarde un couché de soleil, derrière moi il y a de petites dunes verdoyante, et un vélo, je prends le vélo et me promène un peu dans le village que je connais de Bretagne, les routes sont éclairé par des réverbères, le temps est chaud, enveloppant, mes cheveux volent aux vents.

Puis j’ai eu une soudaine envie de conduire, je n’ai pas le permis mais j’ai déjà conduit une voiture dans des champs, j’y suis retourné, je sentais les vibrations, de la voiture, la terre sous les roues, le moteur qui marche, la sensation du volant dans les mains, j’ai fait quelque tours joyeusement.

Ensuite j’ai eu envie d’allé en Espagne, ce sont toujours des endroits que je connais plus où moins, je me suis retrouvé sur un petit pont avec une rivière ruisselante, en dessous, je ressentais, le calme, la chaleur, la douceur de l’Espagne tel que je l’avais connue.

Prête a faire le tour du monde, je suis allé a Madagascar, les routes de terre a parcourir, pour arrivé aux villes, pleine  de petits ponts, et de petites cascades, je me suis retrouvé à fool pointe, une mer calme, il faisait jour , comme en fin d’après midi, mais le soleil était éclatant, un petit chalet, avec une balançoire devant à même la plage, j’ai fais un peu de balançoire, ensuite je suis retournée a d’autres endroits, où je me suis sentis bien dans ma vie, la où il y avait de l’ambiance, de la chaleur humaine, et de la sérénité.

Puis je suis revenu à la réalité, j’ai médité un peu dans la lumière, et les premières choses de l’année que j’ai faite à minuit c’est de prendre une bonne douche, quoi de mieux, que de se laver pour entrer tout propre dans la nouvelle année !

 

31 décembre 2010

Oracle Anahel

oracle.jpg

Oracle Anahel

Avez-vous déjà essayé la voyance autrement ?

En cette nouvelle année, il faut donner toutes les chances de son côté, essayer de nouvelles expérimentations, c’est ce qu’elle propose, une façon différente de voir le passé, le présent et l’avenir

Elle vous aidera à la résolution de vos problèmes, vous pouvez vous confiez à elle, elle sera d’une bonne écoute et de bons conseils.

Vous avez son blog en lien sur le mien .

14 décembre 2010

la dimension d’Ornica 2

Publié par galine4 dans rêves lucides

La dimension d’Ornica 2

Je m’y retrouve seule mais je sais que mes guides sont avec moi, je souhaitais passé un petit moment de solitude, j’arrive je suis éblouie encore par sa beauté ce ciel, magnifique, je  me pose sur le sable près de l’eau, j’enfonce mes talons dans le sable et je le repousse mes jambes sont maintenant bien calé, l’eau arrive a chatouillé mes pieds, je me sens bien, l’air y est bon légèrement iodé je créer un couché de soleil, je vois le doré des rayon reflété sur l’eau, je m’y attarde tout en me détendant, j’entend des bruit d’oiseaux, on se croirait au tropique, je vois d’abord passé un joli colibri qui s’arrête devant moi en l’air comme pour me salué puis s’en va, je vois ensuite des cygnes dans l’eau en plein milieu du soleil ils s’enlacent tendrement puis s’en vont, l’eau est bleu marine, presque bleu métallisé, j’y trempe mes pieds, puis mes jambes jusqu’à rentré entièrement dedans, l’eau est tiède réchauffé par les rayons de soleil, je fais quelque brasse, jusque là ou j’ai pied, je fais des pirouette dans l’eau, puis je m’entraine à l’apnée les yeux ouvert, je vois défilé un band de poissons néon, petit poisson qui brille dans l’eau c’est magnifique, je fais la planche sans pensée ou me mènera les vagues douce et petite, tout en regardant le ciel d’aurore boréal étoilé,  je bute contre un banc de sable au milieu de l’eau, je m’y assoie, je me créer alors des ailes d’ange, de grosse ailes d’ange, je me lève et m’élève doucement du sol je retourne vers la plage, je tourbillonne sur  moi-même, caresse l’air les énergies douce, puis je monte un peu plus haut dans le ciel, puis sur le dos je me laisse tombé les bras et les jambes en étoile, je ressent l’air , le vent soulevé mes cheveux, caressé mon corps, je ressent l’apesanteur, la gravité, arrivé à quelque mètre du sol je tourbillonne sur moi, et me pose avec une grande délicatesse, j’ai envie de me reposé , j’installe une couverture, moelleuse sur le sol, et une couette rembourré en soie pour me couvrir, la sensation tactile avec la soie et une douceur incomparable, lisse, fine, soyeuse, d’un blanc nacré, avec un petit coussin, deux petit coussin, mon ami vient alors sentant que j’ai envie de tendresse, ce matérialise, en bel homme assez dénudé pour voir son beau corps, il vient sous la couette je lui passe un coussin, il se retourne et je le prend dans mes bras, tout en caressant son torse, puis je m’assoupis et fini par m’endormir.

4 décembre 2010

Surfer sur les énergies.

Publié par galine4 dans personnel, rêves lucides

 

marieandreevipblogcom760738746215f3.jpg

 

Surfer sur les énergies

J’ai l’image d’un homme et d’une femme, enlacé nus l’un contre l’autre sentant chacun la chaleur humaine, ils tournent ensemble comme si ils dansaient une valse, ou qu’ils étaient une mini tornade en ralenti, qui descende du haut vers le sol, voilà une belle arrivé, le décor est splendide, comme un compte de fée du bleu du rose , du violet, avec des petite étincelles argenté comme lorsqu’on regarde la neige au sol au couché du soleil, leur corps sont beaux lisse luisant sans être trop brillant juste ce qu’il faut, on dirait la naissance d’Adam et eve, mais je vais les nommés autrement voilà l’arrivé de, lucaraï et fanitchcaïcaï, du sol émane une lueur translucide,  comme lorsqu’on regarde le soleil briller ou son chauffage en marche sauf que ce n’est pas la fournaise mais une agréable sensation de douceur indescriptible ils se sont posé au sol et ce sont mis a danser la D.E.P.E dance energies, power, expérience, c’est un mic mac de yoga, tai-chi, hip hop.

C’est la liberté, des gestes souples, on surf sur l’air, on fait des vagues avec nos corps, on l’étire, on le fixe comme enraciné au sol, on joue à faire l’équilibre sur un pied, a danser naturellement, on laisse aller son corps a tout les mouvement qu’il souhaite en ralenti, puis fouguement, puis en ralenti, on tourne sur nous même sans avoir le tourni parce qu’on gère parfaitement ,la vitesse, notre force, et notre équilibre  face à la gravité naturelle, on se sent comme dans un cocon d’énergies, notre température interne et externe, s’harmonisent, ni chaud ni froid, une belle douceur, on surf sur l’air , on le sens sur chaque parcelle de notre corps nus, on ressent chaque muscle, chaque ligament, la perfection du geste ,je détend mon bras avec souplesse comme une vague, je ressent chaque seconde du mouvement, je vis l’instant présent au maximum,lucaraï et fanitchcaïcaï se mettent à joué au miroir, l’un face à l’autre, ils fusionnent , il arrive a anticipé, se cale sur la même longueurs d’ondes , la synchronicité et l’anticipation, chacun à leur tour mène le jeu, c’est beau à voir , c’est beau à vivre, mais à la place d’une chorégraphie défini a l’avance, on laisse place à l’improvisation et au naturel, comme ça coule de source…

Après cela ils s’assoient  l’un en face de l’autre en lotus, les mains en l’air, au niveau du torse et de la poitrine, ils unissent leur mains l’un contre l’autre puis laisse un petit espace de un à quelque centimètre, pour ressentir les énergies qui passent à travers les mains, ils font des ronds, des vagues, tout en gardant la distance nécessaire entre leur mains pour sentir la réelle énergies émanant d’eux même c’est doux volumineux , on peut lui donné forme, joué avec, sans avoir besoin d’aucun autre support que son propre corps après cela, ils se font chacun un massage a la fois fort et comme une caresse, dans le dos, et sur l’arrière des jambes, des cuisses, des chevilles, la nuque ,les épaules des bras , des poignets, c’est l’osmose car on peut naturellement se touché tout l’avant du corps mais ça devient accrobatique de se touché l’envers, d’où le fait d’être à deux pour l’expérimenter, réveiller chaque parcelle de notre peau, pour l’un et pour l’autre, à la suite de ça tout le corps est en éveil, il n’y plus qu’à se donner de l’amour, et à s’aimer, et on est dans la plénitude totale…..

27 novembre 2010

la dimension d’Ornica

Publié par galine4 dans rêves lucides

auroreboreal.jpg

Nous sommes dans la dimension d’Ornica, c’est une dimension entouré d’horizon, son sein est un désert de sables, entouré d’eau, comme une île, son ciel est de mille couleurs, comme des aurores boréales, parsemé d’étoiles, mais dont la luminosité et la chaleur, ferait croire qu’il y a un grand soleil, on s’y sent bien, la température ambiante est celle du corps avec 2 pourcent de plus histoire de se sentir comme dans un cocon, cette dimension, est la plus magique qui soit, on ne peut pas changer son décor, mais on peut y matérialiser tout se que l’on souhaite, c’est comme si on avait échoué perdu dans l’océan, sur une île du paradis, il n’y a pas de pancarte a l’entré disant que l’on peut y faire advenir ce que l’on souhaite, mais lorsqu’on y pose son pied ou sa patte on reçoit comme une invitation a rêver, pour y accédé il faut ouvrir sa porte au rêve, et avoir de l’imagination sinon ce serait moins drôle car le décor s’évanouirait, j’y suis allé avec mes guides, je rêvais tellement d’allé en Camargue faire du cheval, que la première chose que j’ai faite, c’est de matérialisé une licorne, une petite licorne sur laquelle j’ai pu monté facilement car j’ai découvert par la même que la gravité en ce lieu était différente, du coup comme sur un coussin d’air j’ai chevauché la licorne, elle était blanche avec de l’énergie ou plutôt comme des étincelles argenté qui l’entourait, une fois dessus, je lui ait fais poussé des ailes tel pégase, sauf qu’il avait une corne, de majestueuse ailes, comme celles des anges , il m’a montré de quoi il était capable, j’ai expérimenté, la vitesse de la lumière ou presque, en seulement un mètre selon mon estimation, puis j’ai volé, je sentais, une douceur dans l’air comme une caresse, d’une plume, sur mon visage, je tend la main pour essayé de touché les aurores boréale, mais je n’y parviens pas, j’ai eu un petit haut le cœur, parce qu’il m’a fait comme les montagnes russes, puis il a atterri sur l’eau, ma licorne ailée je l’ai baptisé Ancate, quand il s’est posé sur l’eau délicatement, de petites goute se sont élevé, au dessus de l’eau, des goutes brillantes en apesanteur, je passe ma main dessus, puis je la tend pour rattrapé celle qui redescende, une minuscule goute, se splash sur ma main toute fraiche et humide, j’ai alors compris que le temps était variable, on pouvait passé et de la vitesse de la lumière, au ralenti. Pendant que je prenais conscience de toute les possibilités de ce lieu, mes guides, me parlent ils me disent, « essaye de monté le plus haut dans le ciel, peut être pourras tu le touché essaye , tu auras une surprise »  en petite fille très obéissante je m’exécuta, je montais, je montais de plus en plus haut, ça donne un peut le vertige, je n’ai pu touché le ciel, mais j’ai vu leur surprise, ils se sont montré en magnifique, point dorés qui dégageait comme des flammes de feu, en forme de cœur, et le plus magique, c’est lorsque je suis passé au dessus, j’ai senti l’amour inconditionnel qu’ils me portaient, et ils l’avait élevé le plus haut dans le ciel jusqu’à que je le ressentes, cela a durée quelque minutes qui ont paru une éternité, je fus ampli d’amour, je suis devenu amour, c’était indescriptible, je ne sais pas si vous avez déjà ressenti ce genre d’amour, celui là était chaleureux, une fois redescendu, je donnais à Ancate, des herbes dorés, et j’ai filé avec mes guides mangé une glace la mienne était, a la cerise légèrement citronné de citron vert, très particulier comme saveur, les jambes croisé dans l’eau, c’était impeccable, encore une fois j’étais la plus heureuse du monde.

babaaurhum841 |
PIVOINES et EPICES |
idées en l'air |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | okahandongo
| Vieille noix
| mes créations et passions